Hyperemesis Gravidarum, les symptômes et les remèdes pour les femmes enceintes

Hyperemesis' Gravidarum

Son nom semble promettre rien de bon, mais en réalité il n’est rien d’insoluble: l’Hyperemesis Gravidarum (ou hyperemesis gravidarum), un trouble qui, dans les derniers jours a pris Kate Middleton, duchesse de Cambridge, à l’hôpital, est un trouble dans lequel le sentiment des nausées accompagnées par des épisodes de vomissements, qui affecte presque toutes les femmes enceintes dans les trois premiers mois de la grossesse est particulièrement persistant. S’inquiéter trop peut-être inutile. Assez, en fait, de reconnaître les symptômes et de prendre les précautions nécessaires pour s’assurer que ni la mère, ni l’enfant courir de graves dangers.

Parfois, en fait, la nausée est si prononcé que de courir le risque de déshydratation. Non seulement que, à vomir excessivement peut aussi vous faire perdre quelques kilos. Dans la pratique, cela se traduit par une augmentation du poids de moins que ce que vous attendez dans le premier trimestre de la gestation. La situation peut être abordée sans l’utilisation de médicaments, mais si les nausées et les vomissements sont intenses, c’est une bonne idée de consulter un médecin, pour éviter de perdre trop d’eau et de précieux nutriments. En effet, dans ces situations, la hausse rapide des niveaux de HCG (gonadotrophine chorionique humaine, une hormone sécrétée par le placenta) dans le sang déclenche les symptômes si intense que pour être en mesure de demander l’exécution de l’analyse de sang ou d’urine pour vérifier la gravité de la déshydratation et de la présence de problèmes gastro-intestinaux ou de foie. D’autres analyses qui peuvent être présentés sont la mesure de la pression (ce qui pourrait diminuer) et de la fréquence cardiaque (ce qui pourrait augmenter).

Généralement, les troubles qui peuvent être associés à des étourdissements et des évanouissements, sont les plus intenses entre la deuxième et la douzième semaine de grossesse et tendent à disparaître dans la seconde moitié de la gestation. Jusqu’à ce que ce dernier n’est pas recommandé de prendre des médicaments pour prévenir, à moins que (et c’est rare cas) à la santé de la mère ou de l’enfant est en danger potentiel. Plutôt, les femmes qui en souffrent doivent manger peu et souvent, préférant les aliments secs, comme les craquelins, pour aider à garder à distance la nausée. Il a également été démontré que la prise de vitamine B6 (100 mg par jour) permet de réduire les nausées typique des premiers stades de la grossesse.

Donné, alors, que le plus grand risque est la déshydratation, il est essentiel de boire beaucoup dans les moments où le désordre vous donne un peu de répit. Seulement si la situation est grave est nécessaire de réhydratation avec un goutte à goutte.

Selon les experts, les symptômes sont extrêmement sévère peut être associée à la présence de la môle hydatiforme, une messe est bénigne et dans de rares cas, peuvent se former dans l’utérus. Une simple échographie peut éliminer tout doute à ce sujet et vérifier pour voir si la cause de nausées si intense qu’elle n’est pas une grossesse gémellaire. Une fois que vous avez vérifié ces hypothèses, la bonne gestion des symptômes permet de faire face à la situation sans une mère ou d’un enfant de courir le risque de complications graves.

Via | MedlinePlus Photo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *